Les Thèses en cours au Laboratoire

Les Thèses qui devraient être soutenues en 2018

Physical Tracking : menaces, performances et applications
Taher Issoufaly, inscrit en octobre 2014
Directeur de Thèse : Pascal Anelli, LIM, Université de La Réunion
Co-directeur : Pierre Ugo Tournoux , LIM, Université de La Réunion
Financement : Allocation régionale de recherche
Le taux de pénétration des smartphones ainsi que leurs caractéristiques sont en rupture avec les téléphones portables de précédentes génération. Ce sont désormais de véritables micro-ordinateurs dotés de nombreuses interfaces sans fil (e.g. bluetooth, WiFi, NFC, 3G, GSM ...) accompagnant l’utilisateur dans tous ses déplacements. Un effet de bord de cette profusion de connectivité est l’apparition d’une empreinte digitale sans fil identifiant l’utilisateur et pouvant être recueillie par une station d’écoute. L’ubiquité des smartphones associée à cette empreinte digitale rend possible le Physical Tracking (PT), c’est à dire la détection et le suivi de la présence d’un utilisateur (sa mobilité) si les stations d’écoute sont suffisamment proches de ce dernier. La faisabilité du PT a récemment été rapportée dans des articles scientifiques et plusieurs startups tentent actuellement d’en tirer profit. La connaissance sur les réelles possibilités du PT sont néanmoins limitées. Dans un premier temps cette thèse visera à en déterminer les performances en termes de précision spatio-temporelle pour chacune des technologies sans fil. Le cas du Bluetooth Low Energy (BLE), jusqu'alors ignoré par la communauté scientifique sera d'un intérêt particulier puisqu'il pourra être appliqué aux objets intelligents et non uniquement aux seuls smartphones. À partir de ces résultats, il sera possible de cerner les menaces qui en découlent pour le respect de la vie privée des utilisateurs, les informations de mobilité étant considérées comme sensibles. Enfin, fort de ces informations, nous pourrons définir quelles sont réellement les applications du PT et comment les valoriser. Le domaine scientifique de cette thèse est amenée à connaître une forte expansion dans les années à venir avec également un fort potentiel de transfert technologique, y compris sur la Région Réunion où plusieurs acteurs ont déjà manifesté leur intérêt pour le développement de telles solutions.
Ville intelligente / Île Intelligente : Simulation et modélisation des flux de mobilité dans les transports individuels et collectifs engendrés par l’activité humaine sur un territoire.
Tahina Ralitera, inscrite en novembre 2015
Directeur de Thèse : Rémy Courdier, LIM, Université de La Réunion
Co-directeur : Denis Payet, LIM, Université de La Réunion
Financement : Allocation régionale de recherche

La ville numérique est de plus en plus caractérisée par un éco-environnement de systèmes de gestion intelligents, caractérisé par les 3 « i » : Instrumenté, Interconnecté et Intelligent. Les applications comprennent les réseaux intelligents, les maisons intelligentes, des voitures intelligentes, etc. Ces systèmes numériques interagissent, partagent des propriétés et convergent dans le concept unificateur de la ville intelligente. Afin de créer de véritables lieux de vie réellement adaptés aux activités des « gens », toutes ces applications doivent reconnaître l’existence du citoyen dans la construction de solutions numériques intelligentes. Il semble alors impératif de considérer un quatrième « i » - Interactivité.

L’objectif de cette thèse est de développer un cadre conceptuel et formel, portant sur les interactions entre la société, vue sous l’angle des activités humaines qu’elle engendre sur un territoire et la technique, vue sous l’angle des infrastructures et systèmes numériques sous-jacents, en émergence. Il s’agit de montrer le rôle que peuvent jouer les techniques et algorithmes d’intelligence artificielle, notamment les résultats obtenus dans la communauté des chercheurs en Systèmes Collectifs Adapatifs basés sur les simulations à base d’agents interactifs (ABM / Agent Based Modeling) et systèmes multi-agents (MAS / Multi-Agent Systems), dans ce type d’écosystème.

Le cadre de modélisation sera appliqué à la simulation dynamique de systèmes de gestion de mobilité de transports individuels et collectifs. Il servira d’aide à l’évaluation sociétale et à l’étude de scénario, prédéterminant l’introduction de systèmes numériques, susceptibles d'avoir des impacts potentiels majeurs sur les comportements des différents acteurs : citoyens, institutionnel ou encore gestionnaire de ressources utiles à la mobilité des personnes sur un territoire. Il sera également utilisé pour analyser, par simulation, le fonctionnement de scénario choisi pour en déduire des enseignements pratiques de gestion opérationnelle.